Les Bains Retour Accueil
 

Trois sources sont répertoriées à Trébas : Saint-Roch, Assié et Sainte-Marie. Les deux premières sont cuivreuses et ferrugineuses, tandis que la troisième est plus particulièrement carbonatée sodique.

Ancien hôtel des bains Les eaux de Trébas étaient probablement déjà connues et utilisées à l'époque gallo-romaine. Divers objets datant de cette époque (pièces, médailles, débris d'amphore...) furent en effet retrouvés dans d'anciennes constructions, lors de travaux près des sources.

Il semblerait que lors de la Guerre de Cent Ans, les routiers anglais venaient à Trébas pour obtenir la cicatrisation de leurs blessures. La Source Saint-Roch était en effet renommée pour la guérison rapide des plaies les plus horribles.

Eau minérale Saint-Roch La lèpre, alors très répandue dans le sud de la France, y était également soignée... et guérie ! Mais cette période de célébrité cessa avec les guerres de religion.

En 1835, les propriétés curatives des sources furent redécouvertes et Trébas devint Trébas les Bains. Réputées comme étant les eaux les plus cuivreuses du monde, les eaux de Saint-Roch étaient notamment utilisées dans le traitement des maladies de la peau : psoriasis, eczéma, acné, lupus, ulcères... Mais on venait également en cure à Trébas pour soigner des rhumatismes, des maladies des muqueuses, des rhinites, des pharyngites, des affections de l'oeil ou des "maladies de femmes" (affections utérines).

Jusqu'au milieu du 19ème Siècle, l'Etat y envoya de vieux militaires blessés dans les guerres de la République et de l'Empire. Pendant la Restauration les eaux furent fréquentées par les grandes familles du midi.

Source Assié Pour faciliter leur usage à domicile, les eaux de Trébas furent commercialisées en bouteilles (pour la boisson, le lavage ou la pulvérisation), sous forme d'eaux-mères (concentré de matières minérales à verser dans sa baignoire) et de pastilles (pour les maladies des voies respiratoires, de la bouche et de la langue).

Au début du 20ème Siècle, l'Hôtel des Bains de Trébas était très réputé. Les eaux de Trébas reçurent d'ailleurs le Diplôme d'Honneur au Congrès International de médecine de Grenoble en 1902 et la Médaille d'Or au Congrès International de Médecine de Biarritz en 1903.

L'établissement resta très actif jusque dans les années 1950 puis périclita peu à peu, avant d'être ravagé par un incendie dans les années 1980.
Rénové depuis, le bâtiment a été transformé en gîte et chambres d'hôtes.

  Retour Accueil